L' énergie thermique des mers

L’Energie Thermique des Mers :

 une ressource disponible et

inépuisable 

 

 

L’Energie Thermique des Mers (ETM, ou OTEC en anglais) constitue une énergie renouvelable et disponible dans les mers tropicales. Le moyen de capter cette source réside dans une machine thermique. Celle-ci est alimentée par l’eau de mer chaude (en surface) et froide (prise à au moins 1.000 mètres de profondeur). Les 20 degrés de différence suffisent à produire de l’électricité. De nombreux avantages existent, qui plaident en la faveur d’une meilleure connaissance de l’ETM. L’eau de mer est gratuite, abondante et ne pose aucun problème de stockage, ni de confinement. Aucun déchet toxique n’est issu de son utilisation. En outre, son exploitation réduirait, de façon considérable, les émissions de gaz à effet de serre. Enfin, l’eau de mer, une fois utilisée, pourrait à nouveau servir : à la réfrigération des bâtiments, permettant de substantielles réductions de facture de climatisation ; à l’aquaculture (l’eau de mer profonde contenant beaucoup de nutriments) ; à de nombreuses autres utilisations (mais celles-ci sont encore en cours de recherche).

 

Devant tant d’avantages, pourquoi ce concept est-il si peu développé dans la pratique ?

Le premier scientifique qui a effectué des recherches sur l’énergie thermique des mers est Jacques d’Arsonval, en 1881. Un demi-siècle plus tard, un de ses élèves, Georges Claude, a démontré la faisabilité d’une telle centrale thermique, en 1930, à Cuba. Cependant, l’utilisation du pétrole limitait alors la pertinence de telles recherches. Ce n’est qu’après le premier choc pétrolier, en 1973, que quelques pays industrialisés, dont la France, se sont remis à s’intéresser à cette possibilité. Cependant, la chute du cours du pétrole, en 1986, a considérablement découragé les investisseurs et les décideurs politiques français comme le spécialiste du domaine, Michel Gauthier, nous l’a confié. Par conséquent, il existe seulement 4 grands acteurs dans ce domaine : le NEHLA (Natural Energy Laboratory of Hawaii Authority, laboratoire américain), SSP (Sea Solar Power, entreprise américaine), le NIOT (National Institute of Ocean Technology, institut indien des technologies de l’océan) et surtout l’IOES (Institute of Ocean Energy, institut japonais de l’énergie de l’océan).
Jusque-là, cependant, les centrales ETM ont été trop petites pour produire assez d’énergie. En effet, leur mise en service a été faite dans le cadre de recherches et non en vue d’une commercialisation. D’autre part, comme l’indiquait, en 2004, David Levrat, auteur d’une étude sur l’ETM : « L’investissement initial pour la construction d’une centrale OTEC est conséquent. Ce sont les faibles coûts opérationnels qui permettent d’assurer sa profitabilité pour des puissances importantes. La difficulté vient du fait que les entrepreneurs souhaitent une centrale expérimentale directement exploitable. L’amélioration actuelle (japonaise) des cycles thermiques devrait conduire à des plus faibles investissements initiaux et à des frais opérationnels plus importants ». Depuis lors, les prix du pétrole ont encore augmenté, rendant la pertinence de tels investissements plus évidente.

La Réunion placée idéalement pour être un acteur de l’ETM

Interrogé à ce sujet, Philippe Berne, Vice-président du Conseil régional chargé de l’Énergie, indique que La Réunion est avant tout intéressée par les aspects liés à l’aquaculture. Un tel projet pourrait aboutir d’ici à une dizaine d’années, après avoir trouvé un site adéquat.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site